Sélectionner une page

Ne jamais rien lâcher ! Y croire jusqu’au bout ! Tout donner !

 

Phrases si souvent prononcées qu’elles finiraient par être presque banalisées si régulièrement, nous n’avions pas de ces exemples qui vous dressent les cheveux sur la tête et vous donnent des poussées d’adrénaline. (Vidéo d’1mn plus bas)

Nous sommes en Juillet 2014 à Zurich et c’est la finale du relais 4*400m féminin.
Au passage du dernier relais, la France est 4ème au moment où Floria Gueï se saisit du témoin.
Devant, le trio composé de la Grande-Bretagne, de la Russie et de l’Ukraine a déjà pris ses distances.
Pour mieux cerner l’enjeu, il faut rappeler que Floria Gueï n’avait pas réussi à se qualifier en individuel pour la finale du 400m.

Et l’incroyable se produit, alors que les commentateurs commencent déjà a expliquer pourquoi elle a perdu du temps : « c’est la faute du traffic » « les favoris sont devant et c’est terminé pour le podium »

Floria Guet ne lâche rien, elle se bat a lors que tout semble perdu, entame une remontée d’anthologie et, sur le fil, coiffe ses concurrentes, donnant le titre Européen à la France.

Cerise sur le gâteau, ce titre permet à Muriel Hurtis, 35 ans dont quinze en équipe de France, de partir sur une très belle note, par la grande porte, avec, à son palmarès, une médaille olympique, un titre mondial sur 4x100m, un autre en salle sur 200m et désormais trois titres de championne d’Europe.

Marie Gayot, Muriel Hurtis, Agnès Raharolahy et Floria Gueï